colore-la-vie

Quand j'étais petit, je me disais que je voulais être n'importe qui. Sauf moi.

Jeudi 9 mars 2017 à 9:26

Et faire tout changer, la couleur des murs, les mots qui traînent en attente, dans une enveloppe déjà fermée, et faire tout arrêter, les aiguilles des horloges qu'on na jamais eu, le bruit des marches quand tu les montes, et faire tout fondre, la neige sur les trottoirs qu'on déteste, ta nostalgie quand tu fais bouger tes quatre fossettes, et faire glacer le papier des photos solo, sans nous, sans une manifestation d'amour, et faire revenir en arrière les souvenirs de nos corps, en farniente, même si tout s'y détruit à l'intérieur, et faire de nous un symbole de guerre, et faire de moi sans fois mieux, sans que tu saches que rien ne s'arrête plus depuis qu'on a perdu patience dans mon lit une place, et faire bouger l'expression de mes sentiments les plus sincères, et faire tout cramer sans essence, rien qu'à la force d'une haine pour l'amour, et faire tout, pour tout faire tomber avant l'épilogue.

Indiscrétion incontrôlée.

Dis moi tout.

Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Dis moi tout.









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://colore-la-vie.cowblog.fr/trackback/3277858

 

<< Présent | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Passé >>

Créer un podcast