colore-la-vie

Quand j'étais petit, je me disais que je voulais être n'importe qui. Sauf moi.

Vendredi 25 novembre 2016 à 2:08

Personne nous avait dit qu'à peine passé dix ans la plus grande d'entre nous prendrait la route, qu'il faudrait laisser les ainés s'enfuir comme nos vieux un dimanche, qu'elle perdrait la tête, l'espoir et sa vie après toutes. Personne nous avait dit que maman nous aimerait si fort, si fort, qu'elle ferait tout ça très mal et surtout très peu. Personne nous avait dit qu'à peine quinze ans passés papa n'aurait plus envie de connaitre la vérité et que la plus grande allait devenir le secret de chacun et le lourd fardeau des repas de famille. Personne nous avait dit que les parents sont les enfants d'autres enfants et que maman n'avait jamais vraiment eu l'envie d'en avoir, ou si peu. Personne m'avait dit qu'à peine dix neuf ans froissés on allait avoir l'impression de voler, de s'éterniser dans un air mélodramatique, qui pourrait même nous donner l'envie de vivre, malgré tout et malgré ceux qui sont restés. Personne m'avait dit qu'à peine vingt trois ans les gens auraient tous l'air de vide, que personne n'allait avoir le pouvoir de changer le cours du temps et surtout pas le point de départ que tu venais de figer. Personne m'avait dit, par pudeur ou par peur, qu'à peine vingt cinq ans bientôt je pourrai avoir envie d'arracher tout ce que tu as défait, toutes les pauses que tu as marquées et surtout, ce soir, ton visage sur le mec d'en face. Personne m'avait dit qu'un jour tu allais m'apporter le réconfort de mile amis en une caresse, pour toutes ces choses qui m'ont faite tomber par faiblesse, toutes ces fois où rien n'avait meilleur goût que t'aimer, déconstruite, mais t'aimer malgré tout. Personne m'avait dit qu'à peine passé vingt quatre ans il fallait refaire l'amour avec quelqu'un qui n'aimera jamais aussi bien que toi, que toutes les guerres qu'on a gagné, n'étaient que défaites et pauses perdues. Personne m'avait dit qu'à bientôt vingt cinq ans tout serait pareil, si ce n'est tout sans toi, et que t'aimer faisait simplement de ces repas de famille un  moment un peu moins difficile. 

Indiscrétion incontrôlée.

Dis moi tout.

Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Dis moi tout.









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://colore-la-vie.cowblog.fr/trackback/3277417

 

<< Présent | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Passé >>

Créer un podcast